Le premier « papa », quelle émotion !

Un mot. Un seul mot balbutiant, à la fois fragile et si fort, capable de vous retourner le coeur en 2 syllabes seulement. Un mot prononcé un peu par hasard et qui vous rend si fier, invincible… et paradoxalement si vulnérable, touché par ce premier « papa » qui aura réussi à mettre KO et sans effort cette virilité affichée du « mec qui gère sans problème ses émotions ». Bref, j’ai eu droit à mon premier « papa », et j’avais envie de le partager avec vous !

 

Tout d’abord, les faux « papa », pour patienter

Qu’on se le dise, l’articulation n’est pas le fort de bébé et, à ce stade, la différence entre Bababa, mamama, lalala et papa n’est pas hyper flagrante. Combien de fois ai-je été émerveillé, à clamer haut et fort à ma femme : « il a dit PAPA, il a dit PAPA » ! à la moindre tentative de voyelles. « Mai oui mon chéri, bien sûr… Si ça te fait plaisir ». Soyons honnête, sur le coup j’ai été un peu (beaucoup) vexé, mais je dois bien reconnaitre que mon envie a du dépasser ma bonne foi et qu’il s’agissait bien d’une hallucination auditive. C’est un peu comme les premiers sourires aux anges qu’on sur-interprète parce que ça nous fait tellement plaisir d’imaginer que notre petit bout est heureux et veut rentrer en interaction avec nous. Qu’importe, notre petit colibri répétait ses gammes en attendant le grand moment… et moi je l’entrainais, avec des techniques parfois un peu fourbes. Par exemple, remplacer tous les « lalala des chansons par des « papapa », ou en nommant tous les objets ainsi : « tu veux manger du PAPA?  »  » tu veux jouer avec ton PAPA ? » « J’allume le PAPA qui fait de la lumière pour que tu sois rassuré cette nuit »… bref, vous voyez le genre. Pas très loyal, mais si ça marche, pourquoi pas ?

Bébé dit papa illustration à dos d'hirondelle
Bébé dit papa illustration à dos d’hirondelle

 

 

Et puis, le « papa » par hasard

Cette fois ça y est, j’en suis sûr, je l’ai entendu ! Il a dit PAPA, bien distinctement (ou presque), aucune confusion possible. Problème… il ne me regardait pas, ne semblait pas m’appeler et était très concentré face à ses jouets. 2 possibilités : soit bébé trouve que je ressemble très fort à son ours en peluche ( ce qui n’est pas franchement flatteur vu la tronche de cette peluche toute poilue à la grosse bidoche), soit il l’avait prononcé un peu par hasard.

Je préfère incontestablement la deuxième option, assumant beaucoup plus aisément l’image du papa poule que du papa ours. Nous voilà donc rendu là : notre petit piaf d’amour sait prononcer le mot « papa », mais… il doit maintenant comprendre que c’est moi ! La subtilité n’étant pas franchement mon truc, j’ai alors répété pendant des jours, inlassablement (lourdement dira-t-ELLE) en me montrant du doigt : « PA-PA ! Je suis ton PA-PA », avec quelques variantes du genre « tu es mon petit colibri, et moi je suis PA-PA ».

 

Et enfin, le vrai « PAPA » est arrivé !

A force de persévérance, et alors que je m’étais fait à l’idée de devoir patienter encore un peu (laissons le grandir à son rythme cet enfant, une chose après l’autre), j’y ai eu droit : mon petit bonhomme me tendant les bras en disant « Pa-pa » ! Cela m’a bouleversé.  Oui, c’est moi ton papa et j’en suis si heureux. Quelle émotion… Cela fait 8 mois que je me sens papa (un peu plus si on compte la grossesse pendant laquelle je me suis beaucoup projeté), mais à travers ce mot, c’est comme si mon fils m’avait « choisi » à son tour, qu’il me montrait qu’il avait compris, que je devenais son repère.

Le poète Daniel Heinsus disait (avec un petit côté kitch et fleur bleue, il faut bien l’avouer) : « on peut vaincre avec une épée et être vaincu par un baiser ». C’est tout a fait ça. Dans la vie, je n’ai peur de rien ou presque, je me moque du regard des autres et me sens capable de porter beaucoup de choses sur mes épaules… mais jouer au super mec ne changera rien : je ferai tout pour entendre ce « papa » naïf et spontané le plus longtemps possible, dans le but de l’entendre un jour me dire qu’il en est fier.

 

photo noir et blanc mains bébé papa

 

Laisser un commentaire