Base Transparence Santé : Gel douche, homard et petits arrangements entre « amis » …

Vous êtes-vous déjà demandé si votre médecin vous conseillait selon ses compétences en médecine ou si d’autres intérêts pouvaient entrer en compte ? Avez-vous déjà passé quelques minutes circonspect à observer votre ordonnance, en vous demandant pourquoi le médecin avait prescrit tel médicament plutôt que tel autre ? Avez-vous déjà regardé attentivement les affiches ornant la salle d’attente de votre médecin en vous demandant si c’était vraiment un parti pris en matière de déco ou si votre doc préféré avait un intérêt à ce que cet abominable ourson sur fond jaune et vert, arborant le logo d’un labo, vous arrache les yeux à chaque consultation ?

Je ne saurai jamais comment mon cerveau fatigué a pu faire naître ce genre de réflexion, un dimanche soir… Mais, à 22h, a surgi une question de la plus haute importance, à laquelle il fallait urgemment trouver une réponse : mais au fait, un médecin, il a le droit d’accepter les cadeaux des laboratoires ?

Dès le point de départ de notre discussion, je pense que nous avions d’ores et déjà la réponse à notre question : est-ce vraiment par le plus grand des hasards que le gel douche que nous nous ruinons à acheter pour les douces plumes de notre colibri, sur recommandation de notre pédiatre, se retrouve exposé sur de jolies étagères aux quatre coins du bureau de cette même pédiatre ? Nous a-t-elle conseillé ce gel douche hors de prix pour avoir constaté qu’il était réellement miraculeux sur les peaux atopiques des bébés ? En est-elle convaincue au point d’avoir choisi d’en décorer son bureau ? Ou un gentil labo a-t-il eu la délicatesse de lui envoyer une bonne caisse d’échantillons (+ les petits cadeaux/douces attentions qui permettent au médecin de réserver à ladite caisse un accueil un peu plus chaleureux) ? Tenez-vous bien, on a la réponse…

base transparence sante a dos dhirondelle

 

La douche froide : la découverte de la base de données « transparence santé »

Google nous a permis d’aller bien au-delà de nos espérances : nous avons en effet découvert que, si les médecins étaient encore en droit d’accepter les cadeaux, partenariats et rémunérations des laboratoires, lesdits laboratoires étaient désormais obligés de déclarer ces cadeaux (dès lors que leur montant excède 10 €), et, surtout, que tout ça était désormais public !

Et là, nous sommes tombés sur une petite mine d’or : la base transparence santé ! Dubitatifs – on s’attend à l’absence de résultats ou au résultat incompréhensible pour un non initié – mais curieux, nous insérons le nom de notre pédiatre sur le moteur de recherche, dans la catégorie « bénéficiaires » et là : SURPRISE ! Quel étrange hasard : la marque dont nous avons jusqu’ici acheté plusieurs flacons a fortuitement payé quelques repas à notre pédiatre adorée (et, à en croire l’addition, pas dans un snack – zh oui, même le montant est dispponible !).

Emportée par l’enthousiasme généré par cette découverte, j’ai enchaîné avec le nom du gynécologue-obstétricien qui m’a suivie pendant toute ma grossesse et à qui j’accorde toute ma confiance : c’est un médecin qui m’a été chaleureusement recommandé et dont on ne cesse de chanter les louanges. Là, nous ne jouons plus dans la même catégorie : la base transparence santé  mentionne que mon médecin fétiche a reçu des avantages en nature pour plusieurs milliers d’euros, de la part de différents laboratoires (BAYER, MERCK, MSD FRANCE…). Tiens donc ?! Des fabriquants de vaccins contre le papillomavirus, de stérilets et de pilules contraceptives, arrosent généreusement un gynécologue renommé ? Et, du coup, mon médecin adoré, quand il prescrit tranquillement un vaccin contre le papillomavirus, il a une pensée pour le billet d’avion à 600 € qui vient de lui être offert ? Quand il propose une pilule de 3ème génération non remboursée, il arrive à faire abstraction du contrat pour lequel il a été rémunéré par le labo qui fabrique ladite pilule ? Quand, enfin, il s’abstient de m’expliquer qu’il existe des stérilets sans hormones, pour me prescrire à mon insu un stérilet libérant du lévonorgestrel, il a une petite pensée pour les « manifestations de promotions » auxquelles il a participé et pour lesquelles il a été rémunéré ?

Si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à aller vous balader sur le site regards citoyens , très complet et extrêmement instructif !

Et maintenant, on fait quoi ?

Attention, je ne suis pas du genre « ultra-méfiante » et partisane de la théorie du complot, mon petit colibri est vacciné et j’ai plutôt confiance au corps médical en général… mais maintenant que l’on sait tout ça, on fait quoi ? On part vivre dans une grotte et soigner notre petit colibri à base de décoctions de racines d’orties et de bave de limace ? On lance le sujet au prochain rendez-vous pour pousser la transparence un peu plus loin ? Ou on ménage notre lien de confiance vis-à-vis du corps médical, car, avant toute chose, nous avons besoin de ces médecins et ils nous ont, à plusieurs reprises, rendu d’immenses services ? Avouons-le, dépourvus de connaissances médicales, notre marge de manœuvre n’est pas immense car nous avons clairement besoin de nos médecins… Alors on va essayer de faire la part des choses.

Première réserve : peut-on réellement mettre sur un même plan ma pédiatre qui a accepté quelques restos, mon gynéco qui accepte des cadeaux sympas, des « manifestations de promotions » et autres contrats avec les labos et ces médecins qui acceptent de manière complètement hallucinante plusieurs dizaines de milliers d’euros ? Certainement pas !

Extrait du site https://www.regardscitoyens.org/sunshine/

Seconde réserve : les praticiens se sentent-ils réellement en conflit d’intérêts ? Autrement dit : se sentent-ils redevables vis-à-vis des labos ou se servent-ils seulement d’eux pour améliorer leur quotidien, se faire offrir des formations, voire même, faire avancer la recherche – après tout ne soyons pas paranos ?

Ma pédiatre a-t-elle réellement pensé au plateau de fruits de mer qu’elle avait dégusté sur la côte lorsqu’elle m’a conseillé ce spray permettant de cicatriser les boutons de varicelle ? Je n’en saurai jamais rien. Et après tout, il était efficace… mais n’y en avait-il pas d’autres, moins cher, meilleurs ?

Pourtant, les chiffres auraient tendance à me laisser imaginer que les médecins gardent souvent, dans un coin de leur mémoire, l’excellent magret qu’ils ont dégusté aux frais de la princesse ou cette semaine à Rome « all inclusive »… En effet, les chiffres parlent d’eux mêmes : les sommes investies en cadeaux par les labos sont colossales. Or, on peut imaginer que s’ils ne recevaient aucun retour sur investissement, les labos auraient depuis longtemps arrêté de claquer des millions d’euros chaque année pour faire plaisir aux médecins et soignants en tous genres. Pour une fois dans notre vie, faisons leur confiance : ils ont dû faire quelques calculs avant, pendant et après s’être délestés de ces quelques millions, histoire de savoir s’il convenait de renouveler l’expérience. Et je n’ai AUCUN doute sur le fait que ce ne sont pas eux les perdants, mais bien plus notre porte-feuille, le trou de la sécu ou – au choix – notre santé…

Encore quelques stats recensés par https://www.regardscitoyens.org/sunshine/

Bref, parents ou patients, n’hésitez pas à aller jeter un petit coup d’œil sur cette base de données, certes incomplète, mais qui permet de faire un peu mieux connaissance avec son médecin et, surtout, de jauger la confiance qu’on peut lui accorder…

 

 

 

Laisser un commentaire